L'église La Louge Depuis l'église La mairie L'abbé Sicard
 

 

 

 

Introduction

LE FOUSSERET tire son nom des ravins ou fossés profonds situés à l’ouest de la cité , du côté du chemin de ronde. Ces fossés ont une direction rectiligne et parallèle, d’où le nom latin « fossae rectae » qui devint FOSORETO. L’ancien sceau communal porte les termes de « Ville de FOSORETO » entourant la croix languedocienne surmontée de trois fleurs de lys. L’origine de LE FOUSSERET dépend des hospitaliers de SAINT-JEAN de JERUSALEM, qui au retour des croisades, créèrent des centres de population principalement entre SAINT-LYS et AURIGNAC. Les autres étaient des « sauvetés », territoires de refuge, d’asile et d’immunité pour les serfs fugitifs, les braconniers et les hors la loi. L’histoire de LE FOUSSERET est liée à celle du défrichement progressif de la forêt de BOUCONNE et de l’installation de champs de culture. Le Comte de TOULOUSE Raymond VII acheta les droits du Castel aux Seigneurs de NOE, SEYSSES et ORBESSAN. Son successeur Alphonse de POITIERS transforma la Castel en château fort qui fut attaqué par les Anglais du Prince Noir en 1420 mais qui résista aux assauts. En 1531 les franchises dont jouit Le FOUSSERET sont confirmées par FRANCOIS Ier. Au XVIème siècle, la cité fut instituée en baronnie. De nombreux conflits éclatèrent entre seigneurs engagistes et les habitants à propos de l’élection des consuls et de l’exercice de la justice. Au XVIIIème siècle le château fort est en partie ruiné puis démoli vers 1820, pour laisser place à la promenade du PICON, merveilleux observatoire sur la Chaîne des PYRENEES.

 
 

 

Les armoiries de LE FOUSSERET

  • La croix du LANGUEDOC
    (la commune appartenait à la province du LANGUEDOC)
     
  • Les trois fleurs de lys
    (insigne du roi de FRANCE)
     
  • La couronne d’un des barons ayant fondé LE FOUSSERET en 1226
     
  • Des roses trémières
 

 

Le site : un observatoire

Adossé à un côteau de la Gascogne dont il est un héritier pour ce qui touche l’esprit, le langage patoisant et le comportement en général, LE FOUSSERET fait face, depuis son promontoire, au carrefour de plusieurs régions, elles aussi fort typées : LE LANGUEDOC, L’ARIEGE, LE COMMINGES.

A l’image de l’aigle, il observe en témoin tout ce que charrie la GARONNE depuis la MALADETTA jusqu’à TOULOUSE. Cette plaine est vaste, longue et belle.

La promenade du PICON, toute ombreuse sous ses gigantesques marronniers, est un véritable observatoire naturel grâce à sa table d’orientation. La vue embrasse presque toute la Chaîne des PYRENEES, depuis LE CANIGOU jusqu’au PIC DU MIDI D’OSSAU : Cinémascope unique, par temps clair, que cette dentelure de neige sur l’azur du ciel d’ESPAGNE !

 

 

Un carrefour champêtre

Le FOUSSERET est un carrefour champêtre des plus séduisants et sédatifs. C’est ici que l’écologie peut être vécue, à mi-chemin entre TOULOUSE et SAINT GAUDENS, tout proche de communes importantes comme MURET, CARBONNE, RIEUMES,CAZERES, MARTES-TOLOSANE, AURIGNAC et L’ISLE-EN DODON.

Depuis LE FOUSSERET, au coeur de la HAUTE GARONNE, le touriste a la possibilité de faire des excursions en ARIEGE, dans Les HAUTES - PYRENEES et dans le GERS.

Un privilège touristique très précieux !

Labourages et pâturages

Ce sont les deux « mamelles » de LE FOUSSERET. Il ne saurait en être autrement dans un cadre aussi bucoliques. Les prés, les colzas, les vergers, les bois, les pépinières dévalent des côteaux vers la plaine. Ici, point de fumées d’usine, seul le ronron des tracteurs dans les sillons. Sur les côteaux ondulent de beaux vergers, les récoltes sont familiales et la diffusion locale. Dans la plaine, des pépinières offrent toutes sortes d’essences arboricoles.

Jadis LE FOUSSERET comptait avec ses gros marchés hebdomadaires. On venait de fort loin pour acheter ou vendre des chevaux. De nos jours, chaque mercredi le marché sous les platanes, garde toute sa richesse, sa poésie et son pittoresque.

 

 

 


 

Copyright 2008 - Webcomminges